Imprimer
Affichages : 1797

CONFERENCE - 07 mars 2020 - LE CALAISIS A L'EPOQUE ANGLAISE : 1347 -1558

(par Philippe Cassez & Stéphane Curveiller)

Article du Nord Littoral du 18 mars 2020

Le « Pale », 200 ans à l’anglaise dans le calaisis

Record d’affluence pour une conférence exceptionnelle portant sur l’histoire du « Pale of Calais », organisé la semaine dernière à la salle du foyer Mozart   

Grosse affluence pour la première conférence co-organisée par la Société Historique de Coulogne et les Amis du Vieux Calais. Elle se déroulait dans les locaux du Foyer Mozart de Coulogne et a attiré 140 spectateurs la semaine dernière (alors que les restrictions de rassemblement n’étaient pas encore mises en place), chiffre record pour Coulogne.

Philippe Cassez & Stéphane Curveiller, un duo de conférenciers bien huilé

Il faut dire que la formule était particulièrement attractive avec deux intervenants en la personne de Stéphane Curveiller, universitaire spécialisé en Histoire médiévale et ancien doyen de l’Université d’Artois, et Philippe Cassez actuel président des Amis du Vieux Calais. Le thème à l’honneur, à savoir le Calaisis durant la période anglaise, a suscité une forte curiosité auprès du public.

Il faut dire que ce pan de l’histoire de notre région est toujours peu connu, même si beaucoup de travaux savants y ont été consacrés.

Difficile de présenter en une heure seulement deux siècles durant lesquels les Anglais ont résidé et transformé Calais et ses alentours après en avoir chassé les autochtones en 1347, suite au fameux siège qui s’est terminé par l’épisode des Six Bourgeois. Le parti-pris des deux conférenciers a été de ne pas évoquer ce dernier événement lequel est, pour le coup, dans tous les esprits.

De même, ils n’ont pas voulu insister sur la reprise du Calaisis par les troupes du duc de Guise en 1558. Non, l’idée était d’explorer cette période inédite d’un Calaisis vivant totalement à l’heure anglaise.

 

Un territoire constamment sous la menace

Sur la carte du royaume de France, le Calaisis apparaît comme une enclave étrangère entre 1347 et 1558. Pour les Anglais, il avait un nom particulier : le « Pale ». Ce petit territoire, d’une importance stratégique cruciale pour eux car il constituait la porte de la France, vivait sous la menace constante de l’ennemi… à savoir des Français qui cherchaient à reprendre ce qu’ils considéraient comme leur bien. Un capitaine commandait la garnison anglaise de Calais, qui comptait plus de 1000 combattants au temps du roi Henry V. Les troubles religieux qui ont commencé à secouer le royaume d’Angleterre à partir du règne d’Henri VIII ont eu aussi de fortes répercussions dans le Calaisis où des exécutions ont eu lieu.

Calais et le Pale sont aussi devenus une pièce maîtresse dans la prospérité économique de l’Angleterre, en raison de la présence de l’étape des laines qui permettait de commercer le produit de la tonte de ces innombrables moutons paissant dans les prairies d’outre-Manche.

Le dépouillement des archives anglaises permet également d’éclairer le rôle de plaque-tournante diplomatique joué par le Pale pendant plus de 200 ans.

L’entrevue du Camp du Drap d’Or, dont le 500ème anniversaire est en passe d’être célébré, en est une éclatante illustration qui ne doit pas cacher d’autres rencontres, qui se sont certes déroulées dans moins de faste, mais qui n’en ont pas moins été très importantes dans les relations en Europe.

 

« Période anglaise », et non plus « occupation anglaise »

Les deux conférenciers ont sans cesse souligné le fait qu’il convient définitivement de chasser de notre vocabulaire l’expression d’« occupation anglaise » pour la remplacer par celle, plus neutre et plus juste, de « période anglaise » pour renvoyer à l’époque comprise entre 1347 et 1558.

En effet, le Calaisis fut, durant cette longue parenthèse chronologique, régi par les Anglais pour les Anglais, ce qui fonctionna très bien. Il ne s’agit pas de la domination d’une population sur une autre

.

La reconquête française coïncide en réalité avec une phase de déclin de la région, notamment sur le plan diplomatique. Jamais les Anglais n’ont oublié cette petite part d’eux-mêmes qui s’est épanouie en terre française et qu’ils ont depuis si longtemps perdue.

Magali Domain 

 

 

CONFERENCE - 07 mars 2020 - LE CALAISIS A L'EPOQUE ANGLAISE : 1347 -1558

(par Philippe Cassez & Stéphane Curveiller)

Article de Philippe Cassez (Amis du Vieux Calais)

Philippe Cassez & Stéphane Curveiller

Est-ce le fait d'avoir délocalisé  à Coulogne ? ou bien la formule en duo ? ou encore le sujet ? Toujours est-il que la conférence présentée par les Amis du vieux Calais ce 7 mars a attiré 140 auditeurs, chiffre supérieur à la centaine pour la deuxième fois consécutive - l'année 2020 commence bien.

Stéphane Curveiller et Philippe Cassez n'en étaient pas à leur coup d'essai. Leur duo fonctionne bien et l'on sent une réelle complicité entre eux.

Philippe Cassez & Stéphane Curveiller, les conférenciers

Leur objectif tenait pourtant cette fois de la gageure : présenter, en un peu plus d'une heure seulement, deux siècles d'Histoire du Calaisis, soit la période pendant laquelle il fut anglais. Sans insister sur les deux sièges de 1347 et 1558, épisodes somme toute bien connus déjà, et en s'appuyant sur des cartes et des traductions d'archives anglaises, souvent présentées pour la première fois, les deux conférenciers ont cherché à montrer comment une enclave peut s'organiser et subsister dans un environnement constamment menacé, et cela sous les aspects militaires et économiques.

Le rôle de l'étape des laines a été présenté sous un jour nouveau, des rectifications de frontière sur les cartes expliquées, et le carrefour diplomatique qu'a représenté notre région à l'époque - illustré par l'entrevue du Camp du Drap d'or, mais pas seulement - bien mis en valeur.

En somme, il était proposé de renoncer à parler d’occupation anglaise « mais plutôt de "période anglaise » . Le Calaisis - alors appelé Pale - fut authentiquement anglais, et cela pour deux siècles.

Ce fut loin d'être une époque de déclin et la reconquête française lui fit perdre son rôle diplomatique.

En l'année du Brexit, il n'était pas inutile de rappeler comme l'époque où les Anglais étaient ici chez eux a marqué notre Histoire, notre architecture et nos paysages. 

Philippe Cassez

Prochaine conférence

Prochaine conférence des Amis du Vieux Calais : "Le minerai de fer du Boulonnais, autre fer de lance de la première révolution industrielle sur notre littoral", par Martial Herbert, samedi 23 mai 2020 à 15h00, qui se tiendra au Musée des Beaux-Arts – 25 rue Richelieu à Calais

top